DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'horloge universelle de Berlin tournait déjà dans le sens de la liberté et de l'histoire

Vous lisez:

L'horloge universelle de Berlin tournait déjà dans le sens de la liberté et de l'histoire

Taille du texte Aa Aa

L’horloge universelle tournait déjà ce 4 novembre 1989 sur l’Alexanderplatz, ce lieu des rencontres populaires en plein centre de Berlin-Est. Ironie du sort, elle affichait l’heure des lieux où les Berlinois de l’Est ne pouvaient pas se rendre.

Mais en RDA, à l’automne 89, ils sont toujours plus nombreux à réclamer, comme tous les lundis, ici à Leipzig, les droits citoyens inscrits dans la constitution est-allemande. “Nous sommes le peuple !”, clament-ils. En ce 4 novembre 1989, un samedi, un jour sans travail, ils sont nombreux à se rendre sur l’Alexanderplatz et à manifester. Convoqués par des artistes qui avaient invoqué les articles 27 et 28 de la constitution de la RDA. Ceux proclamant les libertés d’opinion, de presse et de réunion, les Berlinois de l’Est assistent à la première protestation autorisée depuis 40 ans. C’est aussi la première fois que des idées différentes s’expriment librement, au micro. Günter Schabowski, chef du Parti communiste à Berlin est présent.Il tente de récupérer la manifestation mais il se fait siffler par la foule. C’est encore une première. “Chers Berlinois, ce qui nous donnent l’espoir c’est la manifestation d’unité entre Krenz et Gorbatchev”. “Qui a élu cet homme?”, scandent les manifestants, qui ne tolèrent plus la langue de bois, ils veulent des vraies réformes. “Ce fut la plus grande expression de libre opinion dans l’histoire de la RDA et, cela montrait spontanément comment une opinion libre pouvait faire bouger le peuple”, raconte cet homme présent ce jour là. Dès le lundi 6, même le journal officiel du Parti communiste titrait : 500 000 manifestants protestent à Berlin. Le quotidien publie aussi le projet de loi sur les voyages à l‘étranger, dont cette phrase: “les citoyens de RDA ont le droit de voyager à l‘étranger.” “Mais à partir de quand?”, demande trois jours plus tard, un journaliste à Günter Schabowski. “Pour autant que je sache… immédiatement…”, affirme-t-il… Tout s’emballe alors en cette soirée du 9 novembre 1989, la foule de l’Est se masse déjà aux postes-frontières. Les soldats laissent passer les plus acharnés et puis finalement tout le monde…le souffle de la liberté a balayé le Mur.

A propos du Mur de Berlin : fr.euronews.net/1989-2009