DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tollé en Italie autour d'un possible retrait des crucifix dans les écoles

Vous lisez:

Tollé en Italie autour d'un possible retrait des crucifix dans les écoles

Taille du texte Aa Aa

Le crucifix fait-il partie de l’identité nationale italienne ? Oui, répondent en choeur une grande partie de la classe politique et de très nombreux Italiens. Et pas question d’y toucher !

Or, la présence des crucifix dans les écoles est au centre d’une polémique. La Cour européenne des droits de l’homme a estimé ce mardi que cela constituait une entrave à la liberté de conviction. Dans les rues de Rome, on se dit indigné. “Je ne suis pas contre la présence de ces symboles”, explique une jeune fille. “Et même si je ne suis pas croyante, je rappelle que nous sommes dans un pays catholique, chrétien”. Un peu plus loin , un jeune homme ajoute : “nier le droit d’accrocher les crucifix, c’est injuste, mais obliger à les retirer, c’est injuste aussi”. La Cour européenne des droits de l’homme avait été saisie par une mère de famille italienne, qui avait été déboutée par la justice de son pays. La décision prise à Strasbourg soulève la question de la laïcité. Et sur ce sujet, le ministre italien des Affaires européennes, Andrea Ronchi, a une opinion bien tranchée : “ce jugement nous choque profondément. Nier le crucifix, c’est nier les racines chrétiennes de l’Europe et de l’Italie”, affirme-t-il. Même réaction de la part du Vatican. Son porte-parole a rappelé combien l’histoire et la culture italiennes étaient empreintes des valeurs religieuses.