DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Manifestation de colère des salariés d'Opel

Vous lisez:

Manifestation de colère des salariés d'Opel

Taille du texte Aa Aa

Ce matin, les quatre sites d’Opel en Allemagne ont rassemblé des salariés en plein désarroi. Ici à Ruesselsheim la colère s’exprime après l’annonce de General Motors de conserver sa filiale européenne Opel malgré des mois d’efforts de Berlin pour organiser la vente à l‘équipementier canadien Magna.

“Nous voulons d’abord nous battre pour nos emplois, explique un salarié. On s’est foutu de notre gueule et de la gueule du gouvernement allemand.” “Nous voulons dire à GM de bien réfléchir à la façon dont ils doivent nous traiter”, rajoute un autre. L’annonce divise l’Europe, car si General Motors ne prévoit pas plus de suppressions d’emplois que le canadien Magna, soit 10 000 personnes en moins, reste à savoir comment va se faire la répartition des coupes entre tous les sites en Europe. En Allemagne, où travaille la moitié des effectifs d’Opel, on craint d‘être les moins bien servis, avec trois fermetures d’usines sur les quatre. En Espagne et en Pologne on est plutôt optimiste et satisfait de la décision de GM, en Grande- Bretagne aussi, on préfère conserver la même direction plutôt qu‘être racheté.