DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Chute du Mur de Berlin : deux policiers se souviennent

Vous lisez:

Chute du Mur de Berlin : deux policiers se souviennent

Taille du texte Aa Aa

Vingt ans après la chute du mur de Berlin , ils se sont donné rendez-vous à la porte de Brandenbourg. Günter Ziehe, et Peter Daube, partagent des souvenirs très précieux. Avant novembre 89 en effet en effet, Günter et Peter étaient tous les deux policiers, chacun d’un côté du mur.

Au mémorial de Bernauer Strasse, ce reste du mur est témoin de leur histoire. Günter Ziehe était membre de la “Police Populaire” à Berlin Est. Il raconte : “Ça s’agitait déjà depuis un mois. Ça a démarré le 7 octobre ou même quelques jours avant le 7 octobre, mais la vitesse à laquelle ça allait se dérouler, ça, je crois que personne s’y attendait.” En effet les choses se sont précipitées dans la nuit du 9 au 10 novembre. En quelques heures des centaines de Berlinois de l’est ont assiégé les postes des gardes frontières, escaladé le mur, sauté de l’autre côté. Mais cette ambiance d’euphorie contagieuse n’a pas empêché le policier ouest-berlinois Peter Daube de s’interroger : “Il y avait toujours la question de ce qui allait se passer. Que se passe t-il si quelqu’un fait une chute, comment agir concrètement, comment réagissent-ils de l’autre coté? Nous ne savions absolument rien, et je crois que tout au début, à la question, comment cela va se passer par la suite, personne n’avait de réponse. Va t-il y avoir des tirs ? Les alliés devront-ils intervenir ?” En effet, coté est, s’approcher du mur signifiait la mort à tous les coups, car aucune fuite vers l’ouest ne devait être tolérée. Jusqu’au 3 avril 1989 en tout cas, quand le dirigeant est-allemand Honecker a donné l’ordre aux gardes-frontière “de ne plus recourir aux armes pour empêcher la violation des frontières de la RDA”. Côté est, notre deuxième policier, Günter Ziehe, n’etait pas complètement rassuré non plus : “La situation n‘était pas facile, à ce moment précis, et aujourd’hui encore j’hésite… Personnellement, j’ai toujours pensé que tout allait bien se passer, que les gens allaient garder raison, et grâce à Dieu c’est cela qui s’est passé”. Voisins sans le savoir depuis la construction du mur, ils se sont connus avec sa chute… Günter et Peter sont devenus les meilleurs amis du monde… Et ça fait vingt ans que ça dure.

A propos du Mur de Berlin : fr.euronews.net/1989-2009