DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Royaume-Uni ne partira pas d'Afghanistan malgré la perte de ses soldats mais Gordon Brown exige que le président Karzaï s'engage contre la corruption

Vous lisez:

Le Royaume-Uni ne partira pas d'Afghanistan malgré la perte de ses soldats mais Gordon Brown exige que le président Karzaï s'engage contre la corruption

Taille du texte Aa Aa

Six militaires ont été tués cette semaine portant à 230, le nombre de soldats britanniques ayant perdu la vie en Afghanistan depuis 2001.

Un bilan très lourd qui intensifie les critiques sur les choix du premier ministre travailliste. Il a fait le point sur son action ce matin à Londres en rappelant que ce “n‘était pas facile, que les choix n‘étaient pas simples. Il n’y a pas de stratégie sans danger et sans risque mais il est de notre responsabilité, celle du gouvernement et des forces armées de faire ce qui est nécessaire pour protéger malgré tout les troupes britanniques. Nous ne pouvons pas et ne devons pas simplement partir et nous ne le ferons pas”. Signe de l’impopularité record vis-à-vis de ce conflit, 35 % des britanniques veulent un retrait immédiat, il n‘était que 25% il y a seulement deux semaines. Un scepticisme partagé par ce père dont le fils soldat a été tué en Afghanistan : “Selon moi, Gordon Brown a toujours utilisé trop de mots. Il s’exprime par des discours fleuves, envahi de faits qui vous noient jusqu‘à une certaine résignation. Mais moi, je ne suis ni résigné ni convaincu”. Et il n’est pas le seul à ne pas être convaincu. 57% des britanniques estiment désormais qu’une victoire contre les talibans est impossible contre seulement 48% il y 15 jours. Gordon Brown a bien toutefois confirmé l’envoi de 500 soldats supplémentaires pour renforcer un contingent déjà fort de 9000 hommes sur place.