DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les mobiles de la fusillade du Texas inconnus

Vous lisez:

Les mobiles de la fusillade du Texas inconnus

Taille du texte Aa Aa

Aux Etats-Unis, le tireur est toujours dans un état stable, mais le mobile de son acte reste inconnu. Hier au Texas, sur la plus grande base militaire du pays, un officier psychiatre a ouvert le feu sur des soldats qui passaient les derniers examens médicaux avant de partir en Irak. Bilan, 13 morts, et 30 blessés.

Le commandant Nidal Malik Hasan, américain d’origine palestinienne, devait être déployé prochainement en Afghanistan, et redoutait terriblement cela, selon ses proches. “Ce que je peux dire c’est que nous n’avons jamais eu de problèmes professionnels avec lui, explique le colonel Steven Braverman. En tout cas pas ici.” L’enquête a commencé par une fouille de la maison du psychiatre. Selon des témoins il aurait crié “Allah Akbar”, “Dieu est grand”, mais les autorités ne veulent pas spéculer sur ses motivations. Le tireur a été touché de quatre balles, il est depuis sous respirateur artificiel. Dans cet hôpital où on se presse pour donner son sang, c’est aux victimes que l’on pense. “Je suis sous le choc, déclare le sergent Miguel Alamo, et en même temps je n’arrive pas à y croire. Je ne peux pas croire que ça arrive justement quand on est de retour chez nous, ce genre de choses ne sont pas supposées se produire.” Certains estiment que ce drame souligne la pression psychologique qui s’exerce autour des soldats engagés en Irak et en Afghanistan.