DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

18 pourcent de chômage en Allemagne de l'est

Vous lisez:

18 pourcent de chômage en Allemagne de l'est

Taille du texte Aa Aa

Certaines entreprises mythiques d’Allemagne de l’est avaient disparu avec la réunification. Parfois elles refont surface. C’est le cas du constructeur moto MZ.

Un nouveau propriétaire et un nouveau projet, mais toujours Zschopau, sur la frontière germano-tchèque. L’ancien coureur Martin Wimmer, reconverti dans les affaires, a rendu aux anciens employés de MZ l’espoir et du travail : ils assemblent de nouveaux modèles, notamment des scooters électriques. Mais ce n’est pas simple. Les investisseurs ne sont pas légions dans la région :“MZ et son histoire ont permis à ces petites motos de faire de nouveau partie du marché global. Il existe 20 millions d’unités. Les produits allemands seraient très demandés s’ils existaient sur le marché. Mais personne ne le comprend”. Pendant qu’une production redémarre, une autre résiste : Hartmut Quendt confectionne des biscuits totalement est-allemands ; il a démarré sous l‘ère communiste, et les choses ont changé brutalement : “J’ai beaucoup travaillé sur cette machine… jour et nuit. Et puis on m’a dit qu’elle allait atterrir à la déchettterie. L’oeuvre de toute une vie. On venait juste de démarrer, et quelqu’un a dit, ce n’est que de la camelote est-allemande. ça ne sert à rien”. Mais Hartmut ne l’a pas accepté. Grâce à un prêt, il vend aujourd’hui ses produits un peu partout et emploie 180 personnes. La réunification allemande a toujours un coût. Berlin investit 100 milliards d’euros par an. Les allocations et la main d’oeuvre bon marché rendent la région attractive, et beaucoup d’entreprises allemandes et étrangères tentent l’aventure. Ainsi cette pêcherie de Hambourg a transféré son usine à l’est. “Ici cela fonctionne parfaitement. On trouve de la main d’oeuvre qui est prête à travailler dans cette branche et n’hésite pas à manipuler le poisson”. Le chômage atteint 18% en Allemagne de l’Est alors qu’il est bien moindre à l’Ouest. Pourtant la main d’oeuvre est très qualifiée dans les Länders de l’est, ce qui commence à attirer certaines entreprises high-tech, notamment celles spécialisées dans le solaire. Elles bénéficient d’une aide fédérale allouée aux énergies propres. Et si l’Allemagne est n°1 dans le secteur, c’est bien grâce à l’Est.

A propos du Mur de Berlin : fr.euronews.net/1989-2009