DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Vyacheslav MOSTOVOY: "Des Murs existent encore dans les esprits"


Allemagne

Vyacheslav MOSTOVOY: "Des Murs existent encore dans les esprits"

L’Union soviétique a été l’un des acteurs majeurs dans le drame Est-allemand, de l’occupation de Berlin par les troupes soviétiques à l’ouverture et aux positions de Mikhaïl Gorbachev dont a découlé la chute du Mur. Notre invité aujourd’hui est, Vyacheslav MOSTOVOY. Il est vice-président de TV-Center, l’une des chaînes fédérales russes. Il est également membre de l’académie de télévision russe et fut en 1989 chef de la Gosteleradio en RDA et à Berlin-Ouest.

Euronews: Que faisiez-vous le 9 novembre 1989 et de quelle façon avez-vous participé aux évènements? Vyacheslav MOSTOVOY, vice-président de la chaîne fédérale russe TV-Center: Nous étions à la désormais légendaire conférence de presse de Günther Shabowski. Après une heure de questions-réponses il a soudainement lâché: “à partir d’aujourd’hui, nous changeons les règles du passage des frontières Est et Ouest”. C‘était tellement inattendu, que seuls quelques journalistes ont compris rapidement ce que celà signifiait. Ils se sont alors précipités hors de la salle pour annoncer la nouvelle. Puis les qustions ont fusé: “comment? Quand cela arrivera-t-il? C’est seulement là que nous avons réalisé l’importance de l‘événement. Il était enfin arrivé. Euronews: A cette époque vous travailliez en Allemagne depuis longtemps. Aviez-vous pressenti, anticipé l‘évènement et surtout la façon dont ça s’est passé, soudainement mais sans effusion de sang? Vyacheslav MOSTOVOY: Oui, tout s’est passé très vite. Beaucoup de gens à cette époque ont fui la RDA via la Hongrie et la Tchécoslovaquie. En Allemagne il y avait constamment des manifestations à Leipzig ou à Berlin sur l’Alexanderplatz le 4 novembre. Des changements allaient se produire et tout le monde attendait que quelque chose se passe, mais personne ne pouvait prévoir que cette étape décisive serait si rapide. Euronews: Et comment ces changements et ces évènements du 9 novembre et des jours qui ont suivi, ont été perçus par le peuple soviétique? Par vos spectateurs à qui vous les rapportiez depuis de Berlin? Vyacheslav MOSTOVOY: Je pense qu’il y était mieux préparé qu’on ne le pense. 1989 c‘était l’apogée de la perestroïka, la glasnost, le processus de démocratisation dans notre pays était plus avancé qu’en RDA. Je pense que ces nouvelles ont été perçues comme naturelles, même si elles étaient prématurée. Tout le monde savait que le régime de l’Allemagne de l’Est était très fort et très structuré, à la manière allemande. Euronews: Plusieurs sondages actuels révèlent que le pourcentage des Russes qui ne savent pas vraiment que penser de la chute du Mur a doublé en dix ans, passant de 11% à 20%. Ou encore que 10% des Russes ne savent pas qui a construit ce Mur et pourquoi. Et les Allemands d’aujourd’hui, quelle est leur position sur ces événements? Vyacheslav MOSTOVOY: Vous savez, les mauvais souvenirs s’estompent vite, c’est la nature humaine. En 1999, je réalisais un documentaire pour la chaîne RTR sur les 10 ans de la chute du Mur. J’ai demandé à deux écolières, à deux pas d’ici, près de la Porte de Brandebourg, ce qu’elles savaient sur l’histoire de ce Mur. Elles étaient sidérées qu’un tel Mur ait existé ici. La jeune génération vit dans l’avenir, mais beaucoup d’Allemands ont encore des sentiments mitigés sur la question du Mur. La séparation physique entre les deux Etats n’existe plus, mais les différences demeurent, notamment dans le développement économique ou les possibilités qui s’offrent à l’Est et l’Ouest. Beaucoup pensent que le Mur économique et le Mur de la compréhension mutuelle existe encore quelque part dans les esprits.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un châtiment sans pitié pour les fauteurs de troubles en Chine