DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cinq ans après la mort de Yasser Arafat, les Palestiniens pleurent toujours leur chef historique

Vous lisez:

Cinq ans après la mort de Yasser Arafat, les Palestiniens pleurent toujours leur chef historique

Taille du texte Aa Aa

Ils sont nombreux à s‘être rendus à Ramallah aujourd’hui pour marquer cet anniversaire. Plus que jamais, peut-être, orphelins… Car cinq après, le camp palestinien est divisé, les rêves de paix semblent plus éloignés que jamais, et l’actuel président de l’Autorité palestinienne est dans l’impasse. Mahmoud Abbas qui ne veut pas se représenter aux élections du 24 janvier prochain et envisagerait même de démissionner face aux divisions de son camp et à l’enlisement du processus de paix.

“Ce n’est pas des leaders qui soient acceptés, ou tolérés par la Communauté internationale qui intéressent les Palestiniens, considère cet analyste. Ce qu’ils veulent, c’est quelqu’un qui puisse changer la situation.” Abbas, un modéré du Fatah, ne dirige plus que les territoires de la Cisjordanie. Aucune réconciliation en vue avec le Hamas, qui règne sur la bande de Gaza depuis 2007. “Comme le Fatah, par nature, n’est pas un mouvement institutionnel, la mort d’Arafat en conséquence a créé un vide comblé par des partisans irresponsables et inexpérimentés, estime ce représentant du Hamas, et la politique qu’ils ont menée a affaibli la cause palestinienne.” Deux camps dos à dos, islamistes du Hamas et vieille garde du Fatah qui menacent l’héritage du vieux Rais. Yasser Arafat, qui avait réussi à incarner la cause palestinienne, aujourd’hui regretté par 80 pourcent de son peuple.