DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Prix du journalisme Anna Lindh : le dialogue euro-méditerranée récompensé

Vous lisez:

Prix du journalisme Anna Lindh : le dialogue euro-méditerranée récompensé

Taille du texte Aa Aa

C’est à Monaco qu’a eu lieu la cérémonie de remise des Prix méditerranéens du journalisme. Ces récompenses sont décernées chaque année depuis 4 ans, par la fondation Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures.

Euronews est partenaire de cet événement. Les prix ont été remis par le Prince Albert, hôte de la cérémonie. “Aujourd’hui avec la prolifération des technologies de l’information et de la communication, l’omniprésence d’internet, la multiplication des blogs tels que facebook et twitter, l’information et le savoir sont plus que jamais devenus des vecteurs déterminants de la transformation sociale,” a-t-il déclaré. La fondation porte le nom d’Anna Lindh, la ministre suédoise des Affaires étrangères, assassinée en 2003. Cet organisme, créé deux ans plus tard, se veut une véritable locomotive entre les deux rives de la Méditerranée. “La fondation Anna Lindh a une feuille de route qui est a la fois complexe, incertaine, difficile, souligne le politologue marocain André Azoulay, président de la findation Anna Lindh. Incertaine, complexe et difficile parce que nous sommes dans la logique et dans la perspective de cette Union pour la Méditerranée qui, enfin, commence à se dessiner.” Le Prix méditerranéen du journalisme de la fondation Anna Lindh récompense chaque année des individus ou des organismes s’étant particulièrement distingués dans leurs efforts pour la promotion du dialogue au sein de la région euro-méditerranéenne mais aussi de la liberté d’expression. Nous avons recueilli l’avis de la lauréate du prix dans la catégorie presse écrite, Etahar El-Katatni. “La liberté de la presse n’est pas absolue, il y a des limites qu’on ne peut pas franchir, dit-elle. Mais je suis optimiste, le syndicat des journalistes et les journalistes font pression. C’est difficile de réduire la liberté car il y a internet. Donc tout le monde peut avoir l’information sans le biais d’un organisme de presse”. La remise du prix est donc aussi l’occasion d‘évoquer la question de l’accès à l’information et la censure, comme en témoigne Lisa Goldman, journaliste israélienne, distinguée par le jury. “Le ministère de la Défense a empêché la presse étrangère d’entrer dans Gaza, durant l’opération militaire ‘Plomb durci’. Malheureusement, les journalistes israéliens n’ont pas bronché. La presse internationale a saisi les tribunaux, mais le ministère de la Défense a tout simplement ignoré la décision de la Cour suprême… Une décision selon laquelle la presse étrangère devait pouvoir entrer dans Gaza. Et les militaires ont dit ‘non’,” déplore-t-elle. La situation de la liberté de la presse dans le monde fait l’objet d’un classement annuel de la part de l’ONG Reporters sans frontières. Les pays européens figurent généralement en bonne place, même si certains sont pointés du doigt, comme la France, la Slovaquie et l’Italie, qui sont en recul. Jean Réveillon, Directeur Général de l’Eurovision reconnaît que “L’Europe n’est pas exemplaire dans toutes ses composantes. Nous avons, nous à l’UER, un certain nombre de problèmes aujourd’hui qui tiennent plus à la structure générale du financement par exemple des chaines de télévision plubliques qui doivent être le refuge de la liberté d’expression parce qu’elles sont là pour que les citoyens puissent être bien informés, pour que les valeurs persistent”. Les organisations non gouvernementales rappellent que les journalistes sont souvent victimes de pressions de la part des pouvoirs politiques ou économiques, et ce, pas seulement sur la rive sud de la Méditerrannée.