DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quel avenir maintenant pour le Liban ?

Vous lisez:

Quel avenir maintenant pour le Liban ?

Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a officiellement pris ses fonctions lors d’une cérémonie au siège du gouvernement à Beyrouth. Après cinq mois d‘âpres négociations, il a finalement réuni son cabinet. Un gouvernement pléthorique composé de trente ministres: quinze sont issus de sa coalition qui a gagné les législatives en juin dernier, cinq ont été désignés par le président Michel Sleimane et dix font partie de l’opposition chiite pro-iranienne et syrienne. Parmi ces derniers, deux membres du Hezbollah.

Le mouvement armé chiite participe à ce gouvernement d’unité nationale et entend coopérer avec sincérité. C’est ce qu’a annoncé son chef devant des centaines de partisans mercredi, à l’occasion de la “journée des martyrs” du Hezbollah. Hassan Nasrallah ne va toutefois pas faciliter la tâche de Saad Hariri. Il a une nouvelle fois invectivé Israël et les Etats-unis: “Envoyez autant de troupes armées que vous voulez, toute l’armée israélienne même, nous les détruirons et les tuerons dans nos vallées et nos montagnes.” L’arsenal du Hezbollah est le principal point de litige avec la majorité de Saad Hariri qui insiste pour que l’Etat ait le monopole des armes et des décisions de guerre et de paix. La dernière offensive israélienne en juillet-août 2006 contre le Hezbollah a fait plus d’un millier de victimes civiles côté libanais.