DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pasqua accuse Chirac et De Villepin sur l'Angolagate et dénonce une "affaire d'Etat"

Vous lisez:

Pasqua accuse Chirac et De Villepin sur l'Angolagate et dénonce une "affaire d'Etat"

Taille du texte Aa Aa

Charles Pasqua avait promis des révélations “pouvant faire trembler la République” française

Finalement, rien de tel mais une nouvelle mise en cause de Jacques Chirac et Dominique de Villepin dans l’affaire des ventes d’armes illégales à l’Angola. Une “affaire d’Etat” selon l’ancien ministre français de l’Intérieur, condamné à un an de prison ferme dans cette affaire dite de l’Angolagate. Pasqua dénonce une “instruction conduite à charge” et s’interroge ouvertement : “Comment alors que la justice estime que ces ventes d’armes sont illégales, les autorités qui sont au courant n’ont-elle rien fait pour arrêter ces opérations et pourquoi dans ces conditions ne sont-elles pas poursuivies pour complicité?” Citant une note des renseignements extérieurs français, Charles Pasqua affirme que l’ex-président et son ex-premier ministre alors secrétaire général de l’Elysée ont été informés de ces ventes d’armes dès décembre 1995 mais “qu’ils n’ont pas agi pour les empêcher”. Ils ont manqué “à leurs devoirs” selon le sénateur. Charles Pasqua a porté plainte contre le juge qui a instruit l’affaire et il demande une pétition parlementaire sur la levée du secret défense sur l’Angolagate et toutes les affaires de ventes d’armes depuis 2002.