DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Municipales au Kosovo : un test pour la démocratie

Vous lisez:

Municipales au Kosovo : un test pour la démocratie

Taille du texte Aa Aa

Ce dimanche, plus d’un million et demi d‘électeurs sont appelés à désigner les maires et conseillers municipaux de 36 localités. Les premières municipales organisées dans la province à majorité albanaise depuis l’indépendance en 2008.

Selon un journaliste albano-kosovar, “c’est la première fois qu’il y a un réel espoir de voir la communauté serbe participer d’une façon significative au débat public.” Les Serbes représentent 6 % de la population du Kosovo. La plupart d’entre eux vivent dans le nord de la province, le long de la frontière avec la Serbie. Belgrade, qui considère toujours le Kosovo comme une province serbe, les a appelé à boycotter le scrutin. “La démocratie ne se résume pas à des élections, explique Oliver Ivanovic, secrétaire d’Etat serbe pour le Kosovo. C’est beaucoup de choses avant et après le scrutin. Et nous ne sommes pas du tout satisfaits de la démocratie proposée par les albanais du Kosovo. Il y a tellement de déplacés serbes hors du Kosovo à qui les albanais kosovars ne donnent pas de réelles chances de rentrer. C’est pourquoi les gens sont très méfiants de tout ce qu’offre Pristina.” La participation des albanais kosovars s’annonce faible elle aussi sur fond de désaffection générale vis à vis des partis politiques, dont celui du premier ministre kosovar Hashim Thaci. Ils sont perçus comme peu efficaces et ternis par des allégations de corruption.