DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Conférence de Copenhague, les chiffres d'un ratage annoncé


monde

Conférence de Copenhague, les chiffres d'un ratage annoncé

C’est le plan B que le Premier ministre danois, Lars Loekke Rasmussen a proposé aux pays de la région Asie-Pacifique ce dimanche à Singapour.

Pour sauver le sommet de Copenhague, le chef du gouvernement danois mise sur un processus en deux temps : un accord politique lors de la Conférence suivi de négociations plus techniques et chiffrées. En refusant de se fixer des objectifs contraignants, les 21 pays de l’APEC ont jeté un froid sur les ambitions de Copenhague. En effet deux de ses membres, la Chine et les Etats-Unis émettent à eux seuls plus de 40% des gaz à effet de serre de la planète. Washington n’a toujours pas avancé de chiffre et pour cause, le deuxième plus grand pollueur mondial n’a pas encore réussi à s’imposer à lui-même un objectif de réduction de ses émission de CO2. Une loi pour réduire de 17% les émissions sous leur niveau de 2005 d’ici 2020 attend toujours d‘être votée par le Sénat après son passage à la Chambre de Représentants en juin. Du coup, seuls l’Union Européenne et le Japon ont annoncé des engagements fermes pour Copenhague : 20% de réduction pour les européens, et 25% pour les nippons, sous les niveaux de 1990 et ce d’ici 2020. Les Etats-Unis n’ont offert aucun objectif ferme. Quant à la Chine et à l’Inde,tous deux refusent de s’imposer des objectifs contraignants. Ces derniers se sont joints à l’Union Africaine pour réclamer aux pays riches une réduction de 40% d’ici 2020 calculé sur les émissions de 1990. Mais il est difficile de concilier des intérêts si contradictoires, de plus entre temps les émissions continuent de progresser… Depuis 1990, date de référence du protocole de Kyoto, le émissions de CO2 ont progressé de 41%, avec un bond de 29% sur ces 8 dernières années seulement… Encore plus inquiétant, la revue Nature Geoscience affirme que les océans et les forêts stockent de moins en moins de CO2. Notre puits de carbone est tout simplement en train de s‘épuiser.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Piraterie