DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Attentats de Bombay : un an après, une fresque pour se souvenir

Vous lisez:

Attentats de Bombay : un an après, une fresque pour se souvenir

Taille du texte Aa Aa

“Bombay saigne encore” peut-on lire sur le mur. Un an après les attaques terroristes coordonnées qui ont endeuillé la capitale économique de l’Inde, ses habitants sont appelés à se souvenir en participant à la confection d’une fresque géante.

“Nous voulons nous assurer que le 26 novembre ne sera pas oublié, explique Shaina NC, jeune créatrice de mode entrée en politique après les attentats. Cette fresque d’1,5 km de long constituera une mémoire, une mémoire collective, qui illustrera l’unité de la ville de Bombay, pour qu’aucun autre terroriste n’ose plus nous attaquer.” Dès la nuit tombée, un rassemblement s’est formé devant l’hôtel Taj Mahal, une des principales cibles des terroristes. Là, c’est par une veillée aux chandelles que les participants ont rendu hommage aux 166 personnes tuées dans les attaques. Le 26 novembre 2008, dix assaillants pakistanais faisaient exploser des bombes et prenaient des civils en otages en dix endroits de Bombay, dont trois hôtels de luxe et une synagogue. L’affrontement avec des forces de l’ordre sous équipées allait durer trois jours. Le seul survivant du commando pakistanais a confessé avoir été entraîné par le groupe islamiste Lashkar-e-Taïba, interdit au Pakistan. New-Delhi accuse cependant Islamabad d’avoir apporté un soutien logistique aux terroristes. En guise de représailles, l’Inde avait rompu le fragile processus de paix entamé avec son frère ennemi en 2004. Hier, dans un geste d’apaisement, le Pakistan a inculpé sept suspects pour complicité dans cette affaire.