DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Referendum très tendu sur la construction des minarets en Suisse dimanche

Vous lisez:

Referendum très tendu sur la construction des minarets en Suisse dimanche

Taille du texte Aa Aa

L’interdiction de construire des minarets doit-elle être ajoutée à la constitution fédérale suisse ?

C’est tout l’enjeu du référendum prévu ce dimanche. Il concerne l’article 72 qui garantit la liberté des différentes communautés religieuses de la confédération. La droite conservatrice et populiste emmenée notamment par l’UDC et le Parti du peuple suisse, est à l’origine de la proposition de loi. C’est la première fois qu’un pays européen vote directement sur la visibilité de l’Islam. Mais après des mois et des mois de débat, la question architecturale est devenue une polémique politique. L’Islam est la seconde religion du pays. Il y a plus de 310 000 musulmans qui vivent en Suisse soit 4,3% de la population. La grande majorité vient des Balkans et peu sont pratiquants. Il y a 200 salles de prières dans la Confédération mais seulement quatre minarets. Deux de plus ont été plannifiés à Will et Langenthal. Le Parti du peuple suisse a multiplié les campagnes d’affichage provocatrices assimilant notamment les minarets à des missiles pointés sur les Suisses. Pour la droite populiste, le minaret n’a rien à voir avec la religion. C’est le symbole d’une revendication de pouvoir qui au nom de la liberté religieuse conteste les droits fondamentaux. Il est le prélude à l’introduction de la loi islamique, aux crimes d’honneurs ou à l’oppression des femmes. Selon, le Parti du peuple suisse : “Les minarets symbolident le pouvoir, le début d’une islamisation. La seconde étape sera le Muezzin, puis la mise en place de la Sharia. Ici en Suisse, nous ne voulons pas de cette situation”. Les associations de défense des droits de l’Homme rappellent que la proposition d’interdire la construction des minarets violent la liberté de religion. Le gouvernement fédéral s’oppose à cette interdiction qui pourrait ouvrir une brèche dans les lois anti-discriminations. Une opinion partagée par le Président du Conseil suisse des religions et du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse : “Cette campagne contre les minarets est dangereuse parce qu’elle affirme que les différentes religions ne peuvent pas vivre ensemble et quelles doivent se battre entre elles. Mais nous devons nous rapprocher. Nous devons apprendre à nous parler les uns et les autres et c’est ça le vrai défi”. Les derniers sondages annoncent une défaite des anti-minarets dimanche mais ils devraient recueillir plus d’un tiers des suffrages. Le gouvernement suisse s’est opposé à cette interdiction. Il rappelle la tolérance mais il n’oublie pas aussi le commerce. Une interdiction pourrait radicaliser les musulmans et avoir un impact non négligeable sur les exportations helvétiques au Moyen-Orient. L’exemple des caricatures de Mahomet au Danemark doit être médité selon lui.