DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une élection pour redonner un chef d'Etat légitime au Honduras

Vous lisez:

Une élection pour redonner un chef d'Etat légitime au Honduras

Taille du texte Aa Aa

Le Honduras va-t-il sortir du chaos politique dans lequel il est plongé depuis cinq mois ? L‘élection présidentielle prévue dimanche le dira. Le pays reste extrêmement divisé entre les partisans du président Manuel Zelaya, renversé par un coup d’Etat fin juin dernier, et les supporteurs de celui qui a été propulsé à sa place Roberto Micheletti. “Nous avons le droit de protester et de défendre notre position, estime un étudiant. Nous n’acceptons pas ce processus électoral car il n’est pas légitime”.

La Constitution du Honduras permet en tout cas de mettre fin au combat des deux “ennemis”. Ni Zelaya, ni Micheletti n’ont le droit de se présenter. Et le favori de la présidentielle s’appelle Porfirio Lobo. C’est un grand propriétaire, de droite, qui se présente comme le candidat de la “réconciliation”. Face à lui, Elvin Santos, candidat dont les détracteurs disent qu’il est “l’homme des Etats-Unis”. Son handicap, c’est d’appartenir au même Parti libéral que Zelaya et Micheletti. Les autorités américaines approuvent le scrutin présidentiel, en espérant qu’il mettra fin à la crise politique. Mais le président hondurien déchu Manuel Zelaya vivra ce scrutin depuis l’ambassade du Brésil à Tegucigalpa, où il est réfugié depuis son retour clandestin dans le pays.