DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Honduras s'invite au sommet ibéro-américain

Vous lisez:

Le Honduras s'invite au sommet ibéro-américain

Taille du texte Aa Aa

Ce petit pays d’Amérique centrale divise les participants du 19ème sommet consacré à l’innovation et à la connaissance. Les divergences sur la légitimité de l‘élection du successeur de Manuel Zelaya ont déjà fait surface. Le Brésil et l’Argentine figurent parmi ceux, majoritaires, qui ne reconnaissent pas le scrutin. Le Panama, le Costa Rica et le Pérou annoncent leur intention de le reconnaître.

L’Espagne dit ne pas reconnaître ces élections, sans pourtant pouvoir les ignorer. Madrid souhaite parvenir à un large accord national au Honduras qui doit être précédé d’un large consensus en Amérique Latine et en Europe. L’Espagne qui prend en janvier la présidence tournante de l’Union européenne. “Nous avons parlé des mécanismes de coordination européenne, la présidence suédoise est en contact avec les différentes capitales et il y aura une position unique de l’Union européenne explique Miguel Angel Moratinos, le chef de la diplomatie espagnole. Et cette position, je l’espère, ira dans le sens de ce que j’ai évoqué, à savoir ‘ne pas reconnaître mais ne pas ignorer les élections’.” Et ici à Estoril, les pays ibéro-américains tentent de parvenir à un consensus. S’ils y parviennent, ce sera la première fois que la communauté ibéro-américaine montrera une image d’unité en 19 ans d’histoire de ce sommet.