DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Turquie impose la question du Haut-Karabakh juste après la signature des accords historiques avec Erevan

Vous lisez:

La Turquie impose la question du Haut-Karabakh juste après la signature des accords historiques avec Erevan

Taille du texte Aa Aa

Après la signature d’accords de réconciliation historiques entre la Turquie et l’Arménie, les regards se tournent vers l’opinion publique de ces deux pays et la question du Haut-Karabakh. Pour entrer en vigueur, les accords doivent être ratifiés par les parlements arménien et turc.

“La réaction des peuples arménien et turc aux accords sera négative, assure une résidente d’Erevan. Il faudra plusieurs années avant que le génocide contre les Arméniens soit reconnu”, ajoute-t-elle, en allusion aux massacres commis par les Ottomans au début du XXème siècle.

Côté turc, le Premier ministre Tayyip Erdogan a souligné hier que la question des territoires occupés au Nagorny-Karabakh ou Haut Karabakh “devait être réglée” et que “l’Arménie devait se retirer” de ces zones de l’Azerbaïdjan. “Si cette question est réglée, notre peuple et notre parlement auront une attitude plus positive vis-à-vis de ces accords”, a prévenu le dirigeant turc.

Tayyip Erdogan s’exprimait quelques heures après une réaction négative de l’Azerbaidjan, allié de la Turquie, aux accords entre Ankara et Erevan.

Les autorités azerbaïdjanaises ont jugé que “la normalisation entre la Turquie et l’Arménie avant le retrait des forces arméniennes du Haut-Karabakh jettait une ombre sur les relations fraternelles” entre l’Azerbaïdjan et Ankara.