DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jérusalem-est, capitale palestinienne : la proposition de l'UE provoque la colère des Israéliens

Vous lisez:

Jérusalem-est, capitale palestinienne : la proposition de l'UE provoque la colère des Israéliens

Taille du texte Aa Aa

Reconnaître Jérusalem-est comme la capitale d’un futur Etat palestinien : c’est l’idée que la présidence suédoise de l’Union européenne veut soumettre aux ministres des affaires étrangères des 27, qui se réunissent lundi et mardi à Bruxelles.

La proposition provoque déjà une levée de boucliers côté israélien, notamment à la mairie conservatrice de Jérusalem. “Jérusalem est la capitale juive, martèle avec conviction le porte parole du maire Barkat, Stephan Miller. Jérusalem se revendique exclusivement comme la capitale du peuple juif. Et Jérusalem doit rester unie non seulement pour des raisons idéologiques mais aussi pour des raisons pratiques de gestion de la ville la plus importante du monde. Je vais vous dire : il n’y a pas, dans l’histoire mondiale, un seul exemple de ville divisée qui fonctionne.” Les colons juifs tentent de s’installer dans la Jérusalem-est arabe depuis des années, afin de faire pencher la balance démographique de leur côté. Leurs chantiers sont illégaux à l’aune des textes internationaux, et ils entravent la reprise des négociations sur une solution à deux Etats. La tension est vive à Sheik Jarrah, un quartier de Jérusalem-est. Nasser Ghawe a 6 enfants. Cela fait à présent quatre mois que ce Palestinien dort dans la rue. Il a été expulsé de son domicile par les autorités israéliennes et les colons juifs radicaux. “Je reste ici, dans la rue, dit-il. Ils veulent en finir avec les familles de ce quartier. Ils veulent le détruire pour construire 250 appartements pour les colons.” A ce jour, 57 personnes ont été expulsées de cette parcelle de terre. Six autres familles redoutent de subir le même sort. Au début de la semaine, des colons juifs ont emménagé dans l’extension construite par Nabil al Kurd il y a dix ans pour sa famille. Les nouveaux occupants ont jeté ses meubles dehors. “Nous sommes ici et ils ne nous feront pas quitter notre terre, s’entête-t-il. Nous nous battrons pour en faire la capitale de Palestine. Nous ne quitterons pas Jérusalem. Nous mourrons à Jérusalem.” Les colons juifs se sont vus reconnaître leurs droits de propriété par les tribunaux israéliens. Le Secrétaire général des Nations Unies a dénoncé une “provocation à même de générer des tensions et de saper la confiance”. “Dans la Jérusalem-est arabe, on estime que 60.000 Palestiniens vivent dans des logements construits sans permis. Que va-t-il leur arriver ? Les colons juifs radicaux tentent d’acheter, de construire et de vivre à Jérusalem-est. La tension monte. Tout se joue autour d’une question : à qui appartient Jérusalem ? A-t-elle vocation à être la capitale d’un seul Etat ou de deux, comme le suggère l’Union européenne ? La réponse risque de se faire attendre. Pour Euronews, à Jérusalem, Hans von der Brelie.”