DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La neuvième édition du FIFM se veut incontournable

Vous lisez:

La neuvième édition du FIFM se veut incontournable

Taille du texte Aa Aa

Le Festival International du Film de Marrakech, une neuvième édition, plus paillette et incontournable que jamais. Pléthore de stars, d’hommages, de rétrospectives et bien sûr une compétition internationale regroupant 15 films de 15 pays différents. Notons le français “Qu’un seul tienne et les autres suivront” de Léa Fehner et le marocain “The Man who sold the world” de Swel et Imad Noury.

La directrice du festival, Mélita Toscan du Plantier, veuve du fondateur du festival est plus que satisfaite: “Cette année est une année très forte, très cinéphile puisque nous avons beaucoup de metteurs en scène venus du monde entier, les plus grands, Emir Kusturica, Jim Jarmush, Alfonso Cuaron, et Abbas Kiarostami, le président… On a un jury très riche, très cinéphile donc les discussions vont êtres fortes et on a une compétition vraiment magnifique.” Des hommages seront rendus à Christopher Walken, Ben Kingsley, et à Saïd Taghmaoui, un jeune acteur né de parents berbères marocains émigrés en France qui réussit une brillante carrière à Hollywood: “Le Maroc est un pays émergent, un pays en pleine expansion. En l’espace de 10 ans des choses extraordinaires ont été faites ici grâce à sa majesté. On est là pour pérenniser tout cela et dire “Yes we can”…. Le président du jury est le cinéaste iranien Abbas Kiarostami, palme d’or à Cannes en 1997 pour “le goût de la cerise”. Il n’a accepté ce rôle privilégié qu‘à condition qu’il n’y ait pas de films iraniens en compétition pour ne pas subir de pression politique.