DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Emeutes en Grèce, un an après la mort d'Alexis

Vous lisez:

Emeutes en Grèce, un an après la mort d'Alexis

Taille du texte Aa Aa

Jets de pierre contre des policiers, vitrines de magasins cassées, poubelles en feu, rectorat occupé… A Athènes et à Salonique, des incidents ont éclaté entre les forces de l’ordre et des dizaines de jeunes, simples étudiants ou anarchistes. Résultat: plus de 150 interpellations.

Dans la capitale grecque, 6.000 policiers étaient mobilisés pour encadrer une importante manifestation en mémoire du jeune Alexis Grigoropoulos. Il y a un an jour pour jour, cet adolescent avait été tué par un policier lors d’un contrôle dans le quartier contestataire d’Exarchia. Sa mort avait déclenché des violences urbaines à travers le pays pendant un mois. Le nouveau gouvernement socialiste vit sa première épreuve du genre et n’a pas l’intention de retomber dans la même spirale. Le procès du policier inculpé d’homicide volontaire doit commencer fin janvier. Le gouvernement espère que cela apaisera les esprits. Avant l‘éclatement des émeutes, la grande manifestation commémorative de ce dimanche avait pourtant bien commencé. Plus de 3.000 personnes avaient défilé pacifiquement. Juste avant leur départ, une cérémonie privée s‘était tenue devant la tombe de l’adolescent dans le cimetière du Vieux Phalère, dans la banlieue sud de la capitale. La mère d’Alexis avait appelé les manifestants à honorer la mémoire de son fils dans le calme.