DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

COP15 : la vitrine du développement durable

Vous lisez:

COP15 : la vitrine du développement durable

Taille du texte Aa Aa

Faire de Cop15 un sommet au bilan carbone neutre, c’est le défi que se sont fixés les organisateurs de la grand messe sur le climat.

C’est dans cet esprit qu’ils ont mis à disposition, partout, des moyens de transport écologiques, et ce, gratuitement.

Les Danois veulent que ce sommet de l’ONU soit un modèle de développement durable.

Cette cause a son héro : il s’agit de Klaus Bondam, adjoint au maire de Copenhague. Mais ici, tout le monde l’appelle le “maire des bicyclettes”.

Klaus Bondam : “La ville de Copenhague a investi 30 à 40 millions d’euros dans le Cop15. C’est bien sûr un investissement conséquent qui profitera aux citoyens à l’avenir.

Nous avons créé un espace pour tout un tas d’activités dans le cadre du Cop15 sur la place de la mairie, notamment de nombreux concerts de rock . Nous espérons ainsi attirer une partie des jeunes gens qui viennent dans notre ville et les tenir à l‘écart de toute action violente.”

Le nombre de délégations envoyées par les différents pays a pris les organisateurs de court. Alors que le monde entier s’est pris à espérer qu’il s’agirait du sommet décisif sur le climat, personne n’a voulu le manquer.

Mais déjà les esprits critiques se déchaînent : les organisateurs ont dit oui à trop de monde. Résultat, un bilan carbone plutôt costaud.

“Mon pays ? Je suis centre africaine, explique une participante. Je suis de la République Centrafricaine. Moyen de transport ? Je suis venue en avion.”

“Je suis du Népal et je suis venue en avion : de Katmandu à Dehli, de Dehli à Vienne et de Vienne à Copenhague,” confie une autre.

Pour compenser tout ça, les Danois ont fait leur maximum : une éolienne alimente le centre de conférence en énergie, les gobelets sont biodégradables, les uniformes fabriqués à partir de plastiques recyclables et la nourriture est bio.

Jan-Christoph Napierski, en charge du développement durable du sommet reconnaît que “Cop15 va générer environ 40 000 tonnes de CO2 ou équivalent. Nous comptons aussi les émissions des autres gaz à effet de serre. Ces émissions seront compensées par un projet environnemental au Bangladesh, où nous allons transformer deux usines pour les rendre moins gourmandes en charbon. Non seulement cela sera positif pour la qualité de l’air de la région mais cela réduira le CO2 de manière significative.” Isabelle Kumar, envoyée spéciale d’euronews à Copenhague : “De telles initiatives rendent Cop15 unique en son genre. C’est une des plus grandes conférences onusiennes jamais organisée et la première à viser un bilan carbone neutre. Alors que les plus critiques dénoncent son échelle démesurée, pour la majorité, un accord ici est si crucial, que rien ne devrait y faire obstacle.”