DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le climategate masque l'avancée américaine

Vous lisez:

Le climategate masque l'avancée américaine

Taille du texte Aa Aa

La vedette du début du sommet de Copenhague, c’est un scandale. Ce que l’on appelle déjà le climategate, qui jette une ombre sur la conférence.

Des climatologues d’une prestigieuse université britannique sont accusés d’avoir manipulé des données pour aggraver la situation, grâce à des informations tirées de leurs emails piratés par des hackers. Le président du Giec, le groupe d’experts internationaux intergouvernemental sur l‘évolution du climat, s’est insurgé contre les sceptiques :

“Etant donné l’ampleur des changements économiques qui risquent de nous attendre, certains, évidemment, ont du mal à accepter que cela sera inéluctable, a constaté l’Indien Rajendra Pachauri. La récente affaire de piratage de courriels de scientifiques montre que certains vont jusqu‘à commettre des actes illégaux.” A Washington, ce scandale fait le bonheur de ceux qui pensent que les activités humaines ne sont pas responsables du réchauffement climatique. Mais les Etats-Unis viennent pourtant de faire un pas colossal pour protéger notre planète. La directrice de l’Agence américaine de Protection de l’Environnement explique que son organisme a décrété que les émissions de gaz à effet de serre sont une menace pour la santé publique. Conséquence immédiate de cette décision : les Etats-Unis vont pouvoir édicter leur première réglementation nationale sur les émissions de dioxyde de carbone des camions légers.