DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les "négateurs climatiques" eux aussi à Copenhague

Vous lisez:

Les "négateurs climatiques" eux aussi à Copenhague

Taille du texte Aa Aa

Les sceptiques ne manquent pas non plus à Copenhague, des scientifiques qui contestent les conséquences catastrophiques du réchauffement climatique prédites par l’ensemble de la communauté scientifique.

C’est le cas du géologue australien Ian Pimer : “Le dioxide de carbone représente environ un millième de ce qu’il a représenté dans l’athmosphère par le passé… C’est tout à fait normal que le niveau de dioxide de carbone évolue, que le niveau des mers changent, c’est normal que le climat change…. C’est vraiment le fait de l’arrogance humaine de croire que parce que nous sommes vivants, nous pouvons influencer le climat.”

Même prudence de l’océanographe suédois Nils Axel Morner en ce qui concerne l‘élévation du niveau des mers qui menace par exemple l’archipel des Maldives: “Vous voyez, il y a autre chose pour ces gens, ils disent : “s’il vous plait, sauvez-nous”, mais ce qui se passe, c’est qu’en venant ici, à copenhague, et en disant cela, ils vont obtenir en même temps un soutien… économique”.

Membres de l’International Climate Science Coalition, 150 chercheurs ont signé un document, “le Copenhagen Challenge” dans lequel ils demandent aux Nations Unies d‘être plus transparentes dans leurs recherches, d‘échanger les données, d’expliciter leurs prévisions.

Tom Harris est l’un des responsables de cet organisme: “La science semble dire que notre impact sur le climat est tout-à-fait relatif. Si les coûts liés à ces changements étaient si faibles, je pourrais dire que ce n’est pas grave, mais le problème c’est que nous parlons de trillions de dollars, de millions de personnes menacés de chomage, seulement sur la base de simples hypothèses, qui “pourraient” être vraies…”

Le récent Climategate et le scandale des fichiers volés de l’université d’East Anglia refroidiront-t-ils les débats ? Les “négateurs climatiques” en tous cas, n’ont pas l’intention de se taire à Copenhague.