DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Volkswagen/Suzuki : une opération complémentaire pour les analystes


entreprises

Volkswagen/Suzuki : une opération complémentaire pour les analystes

C’est une opération d’une complémentarité exemplaire à en croire les analystes et les deux dirigeants allemand et japonais qui ont signé à Tokyo mercredi la prise de participation de Volkswagen dans Suzuki : 1 milliard et 700 millions d’euros pour 20% du capital. Cette opération n’en doutons pas est un pas important pour le leadership mondial du constructeur allemand, actuellement N°3.
“Dans notre partenariat avec Suzuki, le groupe Volkswagen peut prendre un véritable tournant dans le segment des voitures compactes et particulièrement sur les marchés émergents en Asie, a expliqué le Pdg de Volkswagen Martin Winterkorn. De son côté Suzuki peut bénéficier de notre expérience dans les systèmes de transmission efficaces et respectueux de l’environnement”.

Le directeur général de Suzuki a précisé pour sa part que c‘était Volkswagen qui avait approché Suzuki, ajoutant que Suzuki n’allait pas devenir la 12ème marque du groupe allemand. Les analystes expliquent qu’il est important pour le japonais d’avoir un partenaire pour investir dans de nouvelles technologies. Pour Volkswagen, cette acquisition lui ouvre grandes les portes de l’Asie.

“Volkswagen a définitivement réussi à mettre un pied sur le marché asiatique affirme un analyste allemand du secteur automobile. Les actions ont réagi positivement. Volkswagen est sur la bonne voie pour devenir le leader automobile mondial. La participation dans Suzuki est aussi un pas dans cette direction”.

Si un futur partenariat entre le français Peugeot et le japonais Mitsubishi, est considéré par beaucoup comme une union des plus faibles. En revanche, le partenariat Volkswagen/Suzuki apparaît comme plus solide grâce à la présence du duo dans des marchés émergents en forte croissance comme la Chine pour l’allemand et l’Inde pour le japonais.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

entreprises

Fin de conflit probable entre les services européens de la concurrence et Microsoft