DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Climat : un succès à Copenhague doit passer par Bruxelles

Vous lisez:

Climat : un succès à Copenhague doit passer par Bruxelles

Taille du texte Aa Aa

Le succès de la conférence de Copenhague dépend en grande partie d’un autre sommet, celui qui réunit les dirigeants européens à Bruxelles. Des militants de Greenpeace l’ont rappelé à leur façon en s’y invitant brièvement. Les dirigeants européens vont en effet tenter de s’entendre sur un point clé : l’enveloppe destinée aux pays pauvres pour les aider dès l’an prochain à relever le défi climatique.

“Hier, à Stockholm, j’ai présenté les chiffres suédois. Plus d’un quart de milliard par an viendra de Suède, mais j’en appelle à la contribution des autres et j’espère pouvoir y parvenir ce soir”, a dit à son arrivée le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeld, dont le pays préside l’Union.

La Belgique, le Royaume-Uni, le Danemark et la Finlande ont eux aussi mis des chiffres sur la table, mais l’ensemble ne représente qu’un tiers de la somme fixée.

Pour aider les pays en développement à s’orienter vers des économies peu polluantes et à se préparer aux conséquences du changement climatique, l’Europe estime que six milliards d’euros seront nécessaires au cours des trois prochaines années, soit 2 milliards par an… Une aide immédiate qui doit permettre à ces pays de patienter jusqu‘à l’hypothétique entrée en vigueur de l’accord post-Kyoto négocié à Copenhague.

L’autre grande question à laquelle devront répondre les Européens, c’est celle de savoir s’il doivent rehausser leur objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour 2020. Il est actuellement de 20%. Mais certaines capitales, Londres et Paris en tête, veulent passer dès maintenant à 30%.