DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ouverture à Buenos Aires du procès d'Alfredo Astiz

Vous lisez:

Ouverture à Buenos Aires du procès d'Alfredo Astiz

Taille du texte Aa Aa

Alfredo Astiz fut l’une des figures les plus atroces de la dictature argentine. L’ange blond de la mort, comme on le surnommait, était capitaine de marine sous la dictature argentine.

Jugé aux côtés de dix-neuf compères, il est accusé de crimes contre l’humanité.

Alfredo Astiz a déjà été condamné à perpétuité en France en 90 pour le meurtre de deux religieuses françaises en 77.

“Il s’agit de la première partie de la quantité énorme de crimes qui ont été commis ici qui vont être jugés, explique le Secrétaire d‘état argentin aux droits de l’Homme. Tous les responsables ne vont pas être jugés, juste une partie d’entre eux, mais nous espérons que ce sera le début d’un procès de tous leurs crimes et de leurs convictions. Nous espérons qu’ils seront condamnés à perpétuité”.

Le lieu dont parle le Secrétaire d‘état aux Droits de l’Homme, c’est une ancienne école, l’ESMA, où ont été torturées ou tuées jusqu‘à 5000 personnes pendant la dictature.

Alfredo Astiz doit aussi répondre de la mort de plusieurs femmes membres des Mères de la Place de Mai, qui cherchaient leurs fils disparus, et qu’il avait infiltrées lui-même.