DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les fonctionnaires européens n'entendent pas renoncer à leur augmentation

Vous lisez:

Les fonctionnaires européens n'entendent pas renoncer à leur augmentation

Taille du texte Aa Aa

La grève n’aura duré que trois heures, mais les Vingt-sept auront été prévenus : les fonctionnaires européens n’entendent pas renoncer à leur augmentation cette année, et elle doit être de 3,7% comme prévu. L‘évolution des salaires des quelque 44.000 fonctionnaires européens est calée sur celle de la fonction publique dans huit Etats membres avec un an de décalage. Malgré la crise, les règles sont les règles…

“L’année dernière en Europe, il y a eu des augmentations de salaires dans la fonction publique en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique et au Royaume-Uni. Et ce sont ces adaptations de salaires, qui dépassent l’inflation donc des gains de pouvoir d’achat que nous récupérons cette année-ci parce qu’on ne les a pas eues l’année dernière. Les autres fonctionnaires ont été augmentés l’année dernière”, martèle un syndicaliste.

Ce chiffre de 3,7% annoncé par la Commission fin novembre, une vingtaine de pays s’y sont opposés. Parmi eux, le Royaume-Uni de Gordon Brown, qui le premier a invoqué la crise et appelé à être raisonnable. La question sera de nouveau sur la table ce mercredi. Un fonctionnaire européen gagne entre 2.500 et 17.500 euros bruts par mois. Des émoluments plus généreux que la moyenne européenne.

“Nous sommes payés plus bien sûr, mais ça a toujours été le cas pour attirer des gens de diverses nationalités, parce que c’est très important”, se défend l’un de ceux qui manifestaient lundi devant le bâtiment du Conseil.

Dès mercredi, le mouvement pourrait reprendre de plus belle. Si toutefois les gouvernements ne cédaient pas, les fonctionnaires européens menacent de saisir la Cour européenne de justice. Elle leur a déjà donné raison en 1972.