DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Berlusconi au repos pendant quinze jours

Vous lisez:

Berlusconi au repos pendant quinze jours

Taille du texte Aa Aa

En Italie, Silvio Berlusconi ne sortira de l’hôpital de Milan que demain. L’annonce en a été faite par son médecin personnel, qui a ajouté que le chef du gouvernement devait s’abstenir de “toute activité publique” pendant au moins deux semaines.

Deux jours après l’agression, pointe une polémique autour de l’efficacité des services de sécurité. Une polémique balayée par le Ministre de l’Intérieur. “La tâche des forces de l’ordre dans une situation comme celle-là est particulièrement délicate et complexe”, explique Roberto Maroni. Mais il précise : “la teneur des récents débats politiques, et notamment le ton utilisé dans la campagne menée contre la personne du Premier ministre, cela a dépassé les règles normales de l’affrontement démocratique, et cela a provoqué une spirale que j’estime dangereuse”.

Plusieurs médias trouvent “curieux” et “inquiétant” que l’agresseur ait eu le temps d’agir. Mais plus généralement, les commentateurs se désolent de la portée-même de ce geste qui traduit, selon eux, une “radicalisation du climat politique”.

C’est aussi en substance l’avis de James Walston, professeur de Sciences politiques à l’Université américaine de Rome. “L’Italie a une longue histoire de violence politique, affirme-t-il. Si vous regardez les cent ou cent cinquante dernières années, depuis l’unification du pays, quasiment toutes les générations – disons tous les vingt ans, il y a eu de grands changements. Aujourd’hui, on approche de la fin d’un cycle. Et c’est comme si on allait connaître une révolution. Berlusconi va sans doute quitter la scène politique très bientôt, et il devrait y avoir de profondes modifications. Maintenant ces changements seront-ils accompagnés de violence ? Cela dépendra de Berlusconi lui-même et des relations entre ses partisans et l’opposition”.

L’agresseur de Silvio Berlusconi a dit ne pas savoir pourquoi il avait agi ainsi. Il a écrit au chef du gouvernement pour s’excuser de son geste, qu’il qualifie lui-même de “lâche et inconsidéré”. En tout cas, il a été incarcéré pour “blessures volontaires aggravées avec préméditation”.