DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Copenhague : arrestation en marge de la conférence et colère des pays africains pour défendre Kyoto

Vous lisez:

Copenhague : arrestation en marge de la conférence et colère des pays africains pour défendre Kyoto

Taille du texte Aa Aa

Une police danoise débordée qui entre en force dans le quartier autogéré de Christiania à Copenhague, des dirigeants et personnalités qui multiplient les appels à conclure un accord sur le climat, des pays africains qui boudent des travaux. La tension monte encore à l’approche de la fin de la conférence sur le réchauffement climatique.

Hier soir, les forces de l’ordre ont annoncé avoir arrêté plus de 200 personnes à Christiania après que des cocktails molotov ont été jetés sur des policiers.

De son côté, depuis New-York, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon a exhorté les négociateurs de la conférence à redoubler d’efforts pour trouver un compromis et parvenir à un accord.

“Si on laisse aux dirigeants le soin de tout régler à la dernière minute, on risque d’avoir un accord faible, ou pas d’accord du tout. Ce qui serait un échec aux conséquences potentiellement catastrophiques”, a averti Ban Ki-Moon.

La réaction des représentants de 53 pays africains plus tôt dans la journée montre combien les négociations peuvent être sources de tension. Ils ont suspendu pendant quelques heures leur participation aux groupes de travail pour protester contre le manque d’attention portée à l’avenir du Protocole de Kyoto.