DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce : les mesures de rigueur annoncées ne satisfont personne

Vous lisez:

Grèce : les mesures de rigueur annoncées ne satisfont personne

Taille du texte Aa Aa

Une centaine de syndicalistes grecs ont exprimé mardi leur inquiétude concernant l’avenir en bloquant les portes du ministère grec des finances, après la diminution des dépenses de protection sociale dévoilées lundi soir parmi les mesures de rigueur budgétaire rendues publiques par le gouvernement Papandreou.

“Il y a des mesures qui vont nous laisser sans emploi affirme Theodoros Georgiou, un syndicaliste du secteur de la construction, sans assurance, sans éducation scolaire, sans sécurité sociale. Il y a des mesures qui ne peuvent pas rester sans réponses et c’est ce que nous faisons ici”.

Le plan dévoilé lundi soir par le premier ministre George Papandreou prévoit, outre la diminution des dépenses de protection sociale, un gel des traitements des fonctionnaires payés plus de 2.000 euros par mois. Mardi les marchés financiers grecs ont réservé un accueil glacial aux mesures d’urgence annoncées par Papandreou pour réduire le déficit budgétaire.

Mardi après-midi, au palais présidentiel, le premier ministre a rencontré les leaders des partis d’opposition, des conservateurs aux communistes, sous l‘égide du président grec Karolios Papoulias.

Le plan Papandreou, dénoncé par les syndicats et jugé insuffisant par les marchés financiers, est un peu entre le marteau et l’enclume et a besoin de l’adhésion politique la plus large.