DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Retour sur l'offensive européenne en faveur du climat

Vous lisez:

Retour sur l'offensive européenne en faveur du climat

Taille du texte Aa Aa

L’Union Européenne a redoublé d’efforts pour se présenter comme une force incontournable dans la lutte contre le réchauffement climatique.
Lors de son dernier sommet, elle a d’ailleurs accordé une aide de 7 milliards d’euros sur 3 ans aux pays pauvres pour affronter ce défi planétaire,
et se faire, au passage, des alliés en vue de Copenhague.

Cette offensive diplomatique aurait été bâtie entre les dirigeants Français, Allemands, Britanniques, Italiens, Espagnols, Danois et Suédois, pour contrer l’influence des Etats-Unis et surtout de la Chine.

Un avant-goût de cette stratégie visant a éviter que Pékin devienne le porte parole des pays émergents, avait été donné par le président Français, Nicolas Sarkozy.
En novembre il était parvenu à une position commune avec son homologue Brésilien, Lula da Silva, afin de réduire les émissions de 50% d’ici 2050 sur les niveaux de 1990.

À Copenhague l’UE dit avoir fait sa part du travail en s’engageant déjà à réduire ses émissions de
20% d’ici 2020 par rapport à 1990. Elle est prête à passer à 30% si les autres pays développés font des offres similaires.

En tête de ceux-là se trouvent les Etats Unis, qui font du sur place. Todd Stern l‘émissaire américain pour le climat l’a dit:” Nous ne voulons pas promettre ce que nous n’avons pas encore”.

Washington ne vise en effet qu’une réduction de ses émissions de 17% d’ici 2020 mais sur les niveaux de 2005 ce qui revient a 4% par rapport a 1990 et une réduction de 42% pour 2030.

Egalement figée, la position de la Chine, pour qui
il n’est pas question de freiner sa croissance. Pékin s’est donc engagée à réduire son “intensité carbonique” de 40% à 45% d’ici 2020 sur le niveau de 2005.

La part des émissions globales de CO2 ne représente que 13% pour l’Europe. Un chiffre dérisoire au regard des 50% relâchées chaque année par les Etats-Unis et la Chine.
Elle aura donc besoin de trouver des alliés en Afrique et ailleurs pour faire bouger les plus grands pollueurs.