DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tandis que les manifestants battent le pavé à Copenhague, les négociations piétinent

Vous lisez:

Tandis que les manifestants battent le pavé à Copenhague, les négociations piétinent

Taille du texte Aa Aa

A la veille de la clôture du sommet pour la lutte contre le réchauffement climatique, aucun progrès notable n’a été enregistré. L’Union africaine a même revu ses exigences à la baisse. Face au manque d’engagement des pays industrialisés, elle ne demande plus que 100 milliards de dollars par an dès 2020 pour l’aider à réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

Un signe de mauvais augure, de l’aveu même du Premier ministre danois.

Lars Lokke Rassmussen :

“Le monde attend que nous parvenions à un accord sur le changement climatique et pas seulement des pourparlers de procédure, procédure, procédure”.

Plus optimiste, le président de la Commission européenne croit encore à la signature d’un accord.

José Manuel Barroso :

“Il y a beaucoup de tactiques, de marchandages, et nous avons besoin d’une impulsion politique pour les négociations. Je pense vraiment que c’est possible. 125 leaders, chefs d’Etats et de gouvernements, sont attendus. Je ne peux pas croire qu’ils repartiront chez eux eux les mains vides”.

Seule petite avancée jusqu’ici, la création d’un fond de lutte contre la déforestation. Du Japon à la France en passant par l’Australie, quelques pays ont débloqué 3 milliards et demi de dollars à cet effet.

Actuellement, 15 millions d’hectares de forêts sont rasés chaque année.