DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Unanimité: un mot à oublier à Copenhague

Vous lisez:

Unanimité: un mot à oublier à Copenhague

Taille du texte Aa Aa

La “déclaration politique” a suscité une levée de bouclier de nombreux pays en voie de développement et du sud, voire des propos très dure comme ceux de l’ambassadeur du Soudan, Lumumba Stanislaus Di-Aping, qui dénoncent “le manque de responsabilité et de moralité du texte qui n’a pour but que de maintenir la domination économique des grandes puissances”:

“Cette déclaration, L9, c’est demander à l’Afrique de signer un pacte de suicide. C’est une solution basée sur des valeurs, les mêmes valeurs selon nous, qui ont conduit six millions de personnes en Europe dans les fours crématoires.”

Des propos condamnés par les délégations espagnole, suédoise, canadienne et britannique. Le ministre britannique de l’environnement, Ed Miliband, l’a clairement fait savoir:

“Un choix s’offre à nous, accepter ce document et aller de l’avant, commencer à envoyer des flux d’argent et à appliquer nos engagements. Et puis nous avons le choix que nous offre l’ambassadeur Lumumba. Celui de comparer de façon répugnante ce texte avec l’holocauste, une comparaison qui pourrait offenser des gens présents à cette conférence quelque soit leur provenance. Et franchement, ce serait choisir de ruiner cette conférence.”