DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Révolution Roumaine : la révolte de Bucarest

Vous lisez:

Révolution Roumaine : la révolte de Bucarest

Taille du texte Aa Aa

Ce 21 Décembre 1989, cela fait cinq jours que la révolution roumaine à commencé à Timisoara. Et, dans une ultime tentative pour tenter de regagner l’ascendant sur son peuple, le dictateur Nicolae Ceausescu convoque un rassemblement de masse devant le siège du comité central du parti Communiste à Bucarest.

Mais, à mesure qu’il s’exprime pour condamner les évènements de Timisoara, la foule commence à le huer. Surpris, Ceausescu tentera bien quelques appels au calme, avant finalement se replier à l’intérieur du bâtiment.

En quelques heures, c’est une véritable marée humaine qui déferle dans la capitale Roumaine.
Les manifestants bloquent les rues, et très vite, essuient des tirs de l’armée. 49 personnes tomberont dans les combats.

Les combats se poursuivront jusque tard dans la nuit. Au petit matin du 22 décembre, des centaines de milliers de personnes se retrouvent spontanément dans le centre de la capitale.
Ceausescu réunit son cabinet à la hâte, et ordonne l‘état d’urgence, mais il est trop tard. La foule a déjà envahi le bâtiment du Parti Communiste.

Peu après midi, le dictateur et son épouse Elena, prennent la fuite en hélicoptère, dans des conditions qui, vingt ans après, restent encore assez obscures. Ce qui est sûr en revanche, ces six jours de révolution ont brutalement mis fin à 24 ans de règne totalitaire de Nicolae Ceausescu.
Le dictateur et sa femme seront rapidement rattrapés. Trois jours plus tard, ils seront exécutés après un procès qui aura duré moins d’une heure.