DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Croatie se prépare à élire son nouveau président

Vous lisez:

La Croatie se prépare à élire son nouveau président

Taille du texte Aa Aa

Après Franjo Tudjman et Stepjan Mesic, qui sera élu président de la république de Croatie au terme de l‘élection du 27 décembre ? Ce qui est sûr, c’est qu’un deuxième tour semble inévitable, devant la pléthore de candidats, douze au total.

Trois d’entre eux semblent néanmoins se distinguer selon les derniers sondages. Le premier, qui recueillerait 17% des intentions de vote, est Ivo Yosipovic, du PSD, le Parti social démocrate, qui représente l’opposition au Parlement. Cet expert en droit pénal international de 52 ans également compositeur de musique a fait de la lutte contre la corruption son principal cheval de bataille. On lui reproche toutefois son manque de charisme et d’expérience politique.

Autre favori des sondages, crédité de 12 à 15% des intentions de vote, Nadan Vidosevic, membre de l’Union démocratique, le parti des conservateurs au pouvoir. Ancien ministre de l‘économie, cet entrepreneur fortuné de 49 ans n’a pas la faveur de la presse qui l’a accusé d’avoir amassé de façon obscure une importante quantité d’argent.

C’est sans compter sur l’actuel maire de Zagreb, Milan Bandic. Bandic, exclu du Parti social démocrate pour avoir présenté sa candidature en tant qu’indépendant, il pourrait bien se retrouver au deuxième tour face à Josipovic.

Plus que la question de l’adhésion de la Croatie à l’Union Européenne prévue pour 2012, les principaux enjeux de ce scrutin restent centrés sur l‘économie.

Après Franjo Tudjman et Stepjan Mesic, qui sera élu président de la république de Croatie au terme de l‘élection du 27 décembre ? Ce qui est sûr, c’est qu’un deuxième tour semble inévitable, devant la pléthore de candidats, 12 au total.

Trois d’entre eux semblent néanmoins se distinguer selon les derniers sondages. Le premier, qui recueillerait 17% des intentions de vote, est Ivo Yosipovic, du PSD, le Parti social démocrate, qui représente l’opposition au Parlement. Cet expert en droit pénal international de 52 ans également compositeur de musique a fait de la lutte contre la corruption son principal cheval de bataille. On lui reproche toutefois son manque de charisme et d’expérience politique.

Autre favori des sondages, crédité de 12 à 15% des intentions de vote, Nadan Vidosevic, membre de l’Union démocratique, le parti des conservateurs au pouvoir. Ancien ministre de l‘économie, cet entrepreneur fortuné de 49 ans n’a pas la faveur de la presse qui l’a accusé d’avoir amassé de façon obscure une importante quantité d’argent.

C’est sans compter sur l’actuel maire de Zagreb, Milan Bandic, qui sait se relever à temps. Bandic, exclu du Parti social démocrate pour avoir présenté sa candidature en tant qu’indépendant, pourrait bien se retrouver au deuxième tour face à Josipovic.

Plus que la question de l’adhésion de la Croatie à l’Union Européenne prévue pour 2012, les principaux enjeux de ce scrutin restent centrés sur l‘économie.

“Des millions sont dépensés, pas des millions de kuna, mais des millions d’euro, des millions et des milliards, s’exclame une habitante de Zagreb. Comment est-ce possible ? Quand j’ai besoin de 100 kunas de plus, on ne me les accorde généralement pas, et eux, ils obtiennent des millions en se servant dans la caisse. C’est quand même le comble !”

“Ils étaient tous au pouvoir dans le passé, ajoute un autre habitant de la capitale croate, et c’est eux qu’ils faut blâmer pour la situation actuelle”

Autant dire que la tâche ne s’annonce pas facile pour le prochain président croate qui prendra ses fonctions le 18 févier 2010.