DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Stipe Mesic: La déception européenne

Vous lisez:

Stipe Mesic: La déception européenne

Taille du texte Aa Aa

Après dix ans au pouvoir, Stipe Mesic quitte la scène politique avec un regret: avoir échoué à arrimer la Croatie à l’Union européenne. Le chef de l’Etat sortant, 74 ans, peut néanmoins se targuer d’avoir intégré son pays à l’OTAN cette année.
Dernier président de la Yougoslavie avant son démantèlement, il sera élu à la tête de la Croatie en 2000, 13 ans après son indépendance.
Durant son premier mandat, ce juriste de formation a oeuvré avec succès pour briser l’isolement international dans lequel son prédécesseur, le nationaliste Fanjo Tudjman, avait plongé le pays.
Il a engagé et incarné une profonde modernisation de la Croatie. Il s’est lancé dans de nombreuses batailles: la coopération avec le Tribunal Pénal International pendant le procès Milosevic, la réconciliation du pays avec ses voisins, la laïcisation de la société et la lutte contre la corruption. Bête noire des milieux nationalistes, Stipe Mesic est très populaire. Il est réélu avec près de 70% des suffrages en 2005.
Aujourd’hui, il ne souhaite plus s’occuper de politique active : “ Désormais dit-il, je vais être l’ex-président de la Croatie.”