DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le casse-tête de la sécurité des aéroports

Vous lisez:

Le casse-tête de la sécurité des aéroports

Taille du texte Aa Aa

Comment renforcer la sécurité dans les aéroports ? La question est sur toutes les lèvres alors que l’auteur de l’attentat déjoué de vendredi contre un vol entre Amsterdam et Détroit de la Delta Airlines figurait sur une liste américaine de 550 000 individus potentiellement dangereux.

Umar Farouk Abdulmutallab, un Nigérian musulman de 23 ans, a été inculpé samedi notamment pour tentative de destruction d’un avion de ligne. Brûlé dans le début d’incendie, il est hospitalisé. C’est son père, un riche banquier, qui avait signalé sa radicalisation aux autorités américaines en novembre.

“Il nous faut évidemment revoir nos moyens de détection, a reconnu le porte-parole de la Maison blanche, Robert Gibbs. Le Président a demandé au département de la Sécurité intérieure de répondre à la question très concrète de savoir comment quelqu’un transportant un explosif aussi dangereux que la penthrite a pu monter dans un avion à Amsterdam”.

L’inculpé a expliqué avoir injecté, à l’aide d’une seringue, un liquide chimique dans une poudre qu’il avait cachée sur sa cuisse. Il a ainsi pu passer sans difficulté les contrôles de l’aéroport d’Amsterdam.

A Paris, les passagers réagissaient avec fatalisme ce dimanche. “Le problème, explique un jeune homme, c’est que le gars avait caché l’explosif sur sa jambe. Comment prévenir cela ? Au rayon X ? Que voulez-vous ? Que tout le monde prenne une douche avant d’embarquer ? C’est de la folie !” Un peu plus loin, un autre passager réagit : “Je n’ai pas peur. Pas du tout. Même pas un peu. Je vais partir. On va atterrir en toute sécurité, d’abord à Détroit puis à Chicago. Et il n’y aura aucun problème.”

En tout cas, aéroports et compagnies aériennes ont redoublé de vigilance : les fouilles sont quasi-systématiques et les files d’attentes s’allongent.