DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un an après la guerre entre Tsahal et le Hamas, Gaza et Sdérot restent sous le choc

Vous lisez:

Un an après la guerre entre Tsahal et le Hamas, Gaza et Sdérot restent sous le choc

Taille du texte Aa Aa

Gaza est encore un champ de ruines. Le bilan humain des 22 jours de bombardements entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009 fait état de 1400 palestiniens tués dont une large majorité de civils.

Mona a 11 ans, elle a perdu ses parents lors de l’offensive israélienne. Depuis, elle suit une thérapie pour soigner ses douleurs et son chagrin :
“Nous allons mieux depuis que nous venons au centre pour la santé mentale. Cela nous permet d’exprimer nos sentiments, de dire ce que nous ressentons, de parler de la guerre et de dessiner, nous parvenons à nous exprimer par nous-même”.

De l’autre côté de la frontière, en Israël, Sdérot a aussi payé un tribut à cette guerre avec 13 victimes tuées par des roquettes du Hamas.

Rotem a 16 ans, elle aussi est en thérapie pour tenter d‘évacuer ses peurs et notamment son stress consécutif aux violences. “Quand on pense à tout ce qui se passe, on mesure le nombre de fois où on pourrait mourir et c’est très dur. Pourquoi une fille de mon âge doit-elle penser qu’elle peut mourir ? Elle devrait au contraire penser à construire sa propre vie, sa carrière, un foyer. Je veux juste vivre normalement mais c’est la chose la plus difficile pour moi”.

Un an après les hostilités, le rapport Goldstone a mis en évidence “des crimes de guerre et de possibles crimes contre l’humanité” surtout du côté israélien mais aussi par certains groupes palestiniens. Il donne trois mois aux responsables des deux camps pour traduire les coupables devant la justice.