DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Grande-Bretagne écoeurée par l'exécution en Chine de l'un de ses ressortissants

Vous lisez:

La Grande-Bretagne écoeurée par l'exécution en Chine de l'un de ses ressortissants

Taille du texte Aa Aa

Akmal Shaikh a finalement été exécuté en Chine, provoquant l‘écœurement de la Grande Bretagne et les condamnations de l’Union européenne.

Le citoyen britannique, 53 ans, avait été condamné à mort pour trafic de drogue. Sa peine a finalement été mise à exécution la nuit dernière dans cette prison du Xinjiang.

Consternation du secrétaire d’Etat britannique aux Affaires étrangères :

“Nous avons fourni à la Chine beaucoup de preuves du comportement étrange de M. Shaikh ces derniers temps. Ce qui nous a horrifié le plus c’est que les tribunaux chinois ont refusé de réaliser des examens médicaux avant de procéder à cette exécution”.

La famille d’Akmal Shaikh n’a cessé de clamer son irresponsbilité, arguant de troubles psychiques… Mais la Chine est restée sourde aux appels à la clémence et parle aujourd’hui très sérieusement de “nouveaux obstacles” aux relations bilatérales.

Jiang Yu, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères :
“Le pouvoir judiciaire chinois administre les affaires en strict respect de la loi, et on ne peut pas remettre en cause son indépendance. Personne n’a le droit d’interférer avec la souveraineté judiciaire de la Chine”.

Gordon Brown lui-même s’est dit effaré par cette exécution… Pour Londres, c’est clair, la Cour Suprême chinoise a totalement manqué à ses responsabilités en matière de droits de l’Homme en exécutant un homme sans chercher à connaître l‘état de sa santé mentale.