DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rien ne permettait aux Pays-Bas d'avoir des doutes

Vous lisez:

Rien ne permettait aux Pays-Bas d'avoir des doutes

Taille du texte Aa Aa

Nous sommes à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, c’est d’ici qu’est parti le kamikaze qui a tenté de se faire exploser dans un avion pour Detroit le jour de Noël. Aujourd’hui, les autorités néerlandaises se défendent de toute négligence. Tout s’est passé dans les règles au moment de l’embarquement d’Omar Farouk Abdulmutallab. C’est la conclusion de l’enquête diligentée par la ministre néerlandaise de l’Intérieur : “Le suspect avait un visa valide pour les Etat-Unis, a expliqué Guusje ter Hoorst. La liste de passagers, pré-établie, ne nous donnait aucune raison de prendre des mesures spéciales. Selon la procédure, il est resté dans l’aire de transit. Il est passé à nouveau sous un portillon électronique et rien de spécial n’a été trouvé.”

L’aéroport d’Amsterdam-Schiphol va installer d’ici trois semaines des scanners corporels pour les passagers en partance pour les Etats-Unis. Pas sûr pourtant que ce système qui détecte les explosifs ait pu être à 100% efficace dans le cas d’Omar Farouk Abdulmutallab.