DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Face aux menaces d'Al-Qaida, Washington et Londres ferment leurs ambassades au Yémen

Vous lisez:

Face aux menaces d'Al-Qaida, Washington et Londres ferment leurs ambassades au Yémen

Taille du texte Aa Aa

Après les menaces d’attentat lancées par Al-Qaida dans la péninsule arabique, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont fermé leurs ambassades à Sanaa, la capitale du Yémen.

Des fermetures qui interviennent alors que ces deux pays ont décidé de renforcer leur action contre le terrorisme, plus d’une semaine après l’attentat manqué du 25 décembre contre un avion de ligne américain.

Londres et Washington prévoient, entre autre, de financer une unité anti-terroriste au Yémen. La force de maintien de la paix déployée en Somalie devrait aussi être renforcée.

“Nous travaillons avec les Américains pour renforcer notre coopération pour lutter contre le terrorisme, a déclaré le premier ministre britannique Gordon Brown. Le Yémen doit être identifié, comme la Somalie, comme l’une des zones que l’on doit non seulement surveiller mais où l’on doit faire plus. Nous allons renforcer notre dispositif de renseignement sur place.”

Preuve du sérieux de l’engagement des Américains, le général Petraeus, qui commande les forces américaines en Irak et en Afghanistan, a été reçu en catimini hier par le président yéménite, Ali Abdallah Saleh. L’information n’a filtré qu’aujourd’hui.

John Brennan, le conseiller à la sécurité du président Obama, se dit quant à lui prêt à toutes les éventualités. “Tout est possible dans notre coopération avec le gouvernement yéménite, affirme-t-il. Nous voulons nous assurer que les Yéménites ont tout en leur pouvoir pour déjouer ces menaces”

Accusé un temps de ne pas mettre tous les moyens à sa disposition dans la lutte contre les milices armées, le gouvernement yéménite a pris les devants. En plus des 2 raids aériens qui auraient fait plus de 60 morts chez des insurgés de l’est du pays le mois dernier, l’effectif militaire sur place a été renforcé.