DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une députée allemande sème la zizanie entre l'Allemagne et la Pologne

Vous lisez:

Une députée allemande sème la zizanie entre l'Allemagne et la Pologne

Taille du texte Aa Aa

La présidente de la Fédération allemande des expulsés de guerre “ne lâche pas le morceau”.
Elle veut absolument imposer ses conditions au gouvernement de coalition pour la mise en place d’un musée à la mémoire des réfugiés allemands de la Deuxième guerre mondiale. Erika Steinbach sait qu’elle pèse dans la balance car elle est en plus députée du parti conservateur au pouvoir, la CDU. “Si la Fédération des expulsés de guerre obtient plus de sièges au sein de la direction du musée, a-t-elle expliqué, alors je n’aurai plus besoin de rester à la présidence de cette Fédération”.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, du Parti libéral, est excédé. Guido Westerwelle a fait en effet de la réconciliation avec la Pologne voisine l’une de ses priorités, et, explique-t-il, “il ne peut pas prendre de décision qui va à l’encontre de cette réconciliation”. Or, Erika Steinbach et sa Fédération sont détestées en Pologne. En 1990, la députée avait refusé de voter la reconnaissance des frontières de l’après-guerre. L’actuel gouvernement allemand veut faire oublier l’incident en associant la Pologne et la République tchèque à la création du musée sur les réfugiés de la Deuxième guerre mondiale. Après la défaite des nazis, des territoires allemands ont été attribués à plusieurs pays d’Europe centrale. Et près de 15 millions d’Allemands ont été expulsés.