DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pour l'instant, l'Islande ne paiera pas les pots cassés de la banque Icesave

Vous lisez:

Pour l'instant, l'Islande ne paiera pas les pots cassés de la banque Icesave

Taille du texte Aa Aa

Une victoire pour les contribuables islandais qui ne voulaient pas de la loi Icesave : la pétition qu’ils ont remise à leur président demandant de la soumettre à référendum a été acceptée. Olafur Ragnar Grimsson va donc faire passer au texte l‘épreuve d’un vote populaire, de quoi rassurer les Islandais qui craignaient de devoir rembourser aux Pays-Bas et au Royaume Uni 3.8 milliards d’euros, soit 40% de leur PIB.

La somme avait été prêtée par Londres et Amsterdam à Reykyavik, au plus fort de la crise, pour rembourser leurs concitoyens lésés par la faillite de la banque IceSave.

Une loi prévoyant de rembourser cet argent aux prêteurs a été votée par le parlement islandais sous la pression du gouvernement mais la population estime que ce n’est pas à elle de payer.

Alors évidemment, les créanciers de l’Islande ont accueilli très froidement la nouvelle :

Wouter Bos, ministre néerlandais des Finances :

“C’est très décevant et inacceptable pour nous. Nous avons été très généreux lors des négociations, nous avons offert à l’Islande un taux d’intérêt bas et un échéancier très long, car nous savons que l‘économie islandaise est mal en point. Mais ils ne peuvent pas demander aux contribuables néerlandais de payer pour les fautes des banquiers et des autorités islandais”.

Le report de l’adoption de la loi Icesave – et son possible rejet – risque de mettre à mal les relations de l’Islande avec le FMI, qui lui a promis de lui prêter de l’argent pour sortir de la crise… Un argument repris par les Britanniques.

Le gouvernement islandais avait même engagé sa responsabilité dans le dossier Icesave… Un rejet de la loi pourrait donc bien en plus provoquer l’explosion d’une grave crise politique.