DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le scanner corporel de nouveau sujet à débat en Europe

Vous lisez:

Le scanner corporel de nouveau sujet à débat en Europe

Taille du texte Aa Aa

Suite à l’attentat manqué du 25 décembre, les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont décidé d’installer des scanners corporels dans les aéroports d’Amsterdam et d’Heathrow. D’autres pays comme l’Espagne y sont hostiles, et l’Allemagne plutôt réservée. D’où le lancement d’une concertation européenne :

“C’est mieux d’avoir un règlement européen plutôt que de laisser – comme ils peuvent le faire actuellement – les Etats membres décider chacun si oui ou non ils utilisent les body scanners”, a expliqué le commissaire européen Antonio Tajani.

Les antis redoutent notamment les entorses au libertés individuelles et les dérives. Une des raisons qui avaient contraint Bruxelles fin 2008 à abandonner l’idée de généraliser ces appareils dans les aéroports européens.

“Il est essentiel que l’utilisation des scanners corporels s’accompagne de la mise en oeuvre de mesures de sécurité importantes pour s’assurer que les données, les images qui seront visionnées, ne vont pas être diffusées de manière illégale, qu’il n’y aura pas de fuite de données, qu’elles resteront confidentielles”, met en garde l’avocat Oliver Proust.

L’autre argument des opposants est de nature sanitaire. Il existe deux types de scanners corporels et l’un d’eux émet des rayons X. Est-ce dangereux ? Nous avons posé la question à Karina De Beule, de l’Agence belge de contrôle nucléaire :

“Nous estimons que si vous passez 2000 fois par an devant un scanner corporel, vous recevrez environ un millisievert sur une année. Chacun reçoit environ 4,5 millisieverts par an par toutes formes de radiations, les radiations naturelles cosmiques, médicales ou industrielles.”

Une première réunion entre experts de l’aviation a eu lieu ce jeudi à Bruxelles. La Commission va tenter de reprendre la main mais aucune règle européenne n’empêche les pays qui le souhaitent d’adopter cette technologie dès à présent.