DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quelle politique étrangère mènera Benoît XVI en 2010 : les éclairages du vaticaniste Alessandro Magister

Vous lisez:

Quelle politique étrangère mènera Benoît XVI en 2010 : les éclairages du vaticaniste Alessandro Magister

Taille du texte Aa Aa

Benoît VIX a tenu sa traditionnelle audience de début d’année au corps diplomatique accrédité au près de Saint-Siège ce lundi. L’occasion pour le souverain pontife de dénoncer le terrorisme dans le monde et la course aux armements… Appel à aider les plus pauvres, et à protéger la planète, le pape qui a condamné l‘échec de Copenhague, a appelé à lutter contre le réchauffement climatique, dont dépend a-t-il dit, la paix du monde.

Quelle sera la diplomatie du Saint-Siège cette année, nous avons interrogé le vaticaniste
Alessandro Magister.

Paolo Alberto Valenti:
M. Magister bonjour, qu’est-ce qui ressort de cette audience? quelle sera la politique extérieure du Vatican en 2010?

Alessandro Magister :
Cette année, le thème central c’est la défense de l’environnement, la protection de la “création”. Mais attention, avec une dimension très particulière, que Benoît XVI a soulignée de façon marquante dans son discours au corps diplomatique : le soutien que l’Eglise veut apporter à l’effort mondial pour sauver l’environnement est original : l’idée de l’Eglise, selon Benoît XVI c’est comprendre et montrer qu’il y a un lien incontournable entre “l‘écologie de la nature” et “l‘écologie de l’homme”.

Paolo Alberto Valenti:
Sur cette base, le Pape a décliné un certain nombre de problèmes comme le danger du terrorisme. A travers l‘écologie, l’Eglise veut elle affirmer un pacifisme à tout crin?

Alessandro Magister :
Non, le pacifisme n’a pas de rapport avec la présence active de l’Eglise dans le monde. Etre pacifiste concerne les individus, pas un organisme complexe comme un Etat ou l’Eglise. Dans la doctrine de l’Eglise, l’Etat a l’obligation de protéger les faibles, ceux qui ont été agressés, y compris par le recours à la force.

Paolo Alberto Valenti:
Concrètement donc, l’Eglise n’est pas pacifiste?

Alessandro Magister :
Non, surtout pas. Même Jean-Paul II dont tout le monde se souvient qu’il a pris farouchement parti contre la guerre en Irak, Jean-Paul II lui même s’est défini comme non pacifiste. Il l’a dit de façon très claire : “je ne suis pas pacifiste”. On peut même se souvenir que Jean-Paul II a appelé à l’emploi de la force dans des situations comme en ex- Yougoslavie, déchirée par les guerres civiles et ethniques, ou au Rwanda.