DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les miraculés de Port-au-Prince

Vous lisez:

Les miraculés de Port-au-Prince

Taille du texte Aa Aa

Carla Shawn est une miraculée. Après 50 heures passées sous les ruines de l’hôtel Montana, cette Américaine est dégagée par une équipe française de la sécurité civile. 200 personnes seraient piégées dans l’hôtel de luxe de Port-au-Prince.

Dès mardi, jour du séisme, quelqu’un a entendu les cris de Carla, promettant de revenir. Mais personne n’est revenu, jusqu‘à ces sauveteurs français.

“J‘étais coincée avec cinq autres personnes, toutes vivantes, raconte Carla, deux ont les jambes cassées mais les autres ont des blessures légères,
on ne pensait jamais s’en sortir.”

Ce petit garçon doit la vie aux équipes de secours espagnols, qui ont sauvé cinq autres personnes.

Les secours se concentrent sur les bâtiments où se trouvaient des étrangers, comme le siège onusien des casques bleus. L’ONU paye un lourd tribut puisque 330 employés manquent encore à l’appel, la mort de 37 personnes au moins est confirmée. Une situation qui éveille un sentiment d’amertume chez une population que les secours n’ont souvent pas encore réussi à atteindre. Des gens qui creusent, à main nue, avec l’espoir de retrouver des survivants, un espoir qui rétrécit d’heure en heure.