DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

ONU: La priorité, c'est de chercher des survivants en Haïti

Vous lisez:

ONU: La priorité, c'est de chercher des survivants en Haïti

Taille du texte Aa Aa

Elizabeth Byrs, bonjour, vous êtes la porte-parole à Genève du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires de l´ONU, l´OCHA.

Laurence Alexandrowicz, euronews:
Combien d‘équipes ont-elles été envoyées, et quelle est leur priorité?

Elizabeth Byrs: Il y a environ 25 équipes de recherche en cas de catastrophe qui sont en place, y compris des équipes cinophiles. Leur priorité, c’est bien sûr de rechercher des survivants. On a à faire à un tremblement de terre qui est en couches et donc il y a beaucoup de poches de survie et il faut faire vite parce que chaque heure qui passe diminue l’espoir.

Laurence Alexandrowicz, euronews:
Allez-vous changer votre façon d’intervenir sur place, après l’annonce du pillage ce matin de l’entrepôt du programme alimentaire mondial? Vos secouristes sont-ils en sécurité?

Elizabeth Byrs:
Écoutez, les équipes sont en sûreté. Ils font leur travail. La population le comprend. Nous avons toujours su qu’il y avait de la violence en Haïti. Nous la connaissons, nous y sommes confrontés. La situation est certes tendue. La population est très choquée, traumatisée. Les gens ont faim. C’est normal qu’il y ait ce genre d’actes; s’ils devaient s’aggraver, il est évident que les casques bleus enverraient des renforts.

Laurence Alexandrowicz, euronews:
On a vu qu’il y a des étrangers blessés qui sont rentrés chez eux, notamment des Français qui ont été rapatriés. Est-ce-qu’il est prévu des rapatriements sanitaires pour des gens, des Haïtiens, des locaux ?… On a l’impression que les riches rentrent chez eux et puis les pauvres Haïtiens restent dans des conditions très difficiles.

Elizabeth Byrs:
Pour le moment je n’ai pas d’informations sur ce point, mais il n’y a aucune différence entre la population haïtienne et les étrangers. Je crois qu’en ce qui concerne les étrangers, chaque gouvernement, chaque ministère des Affaires étrangères des pays respectifs a pris des mesures. Ce n’est pas nous qui nous en occupons directement. Mais en ce qui concerne le sauvetage et l’aide apportés à la population, il est évident que l’ONU ne fait aucune différence.