DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Haïti : "l'Etat n'existe plus"

Vous lisez:

Haïti : "l'Etat n'existe plus"

Taille du texte Aa Aa

Avant la terrible tragédie, l’aire urbaine de Port-au-Prince aurait abrité près de quatre millions d’habitants. L’avenir dira combien ont péri lors du séisme ou des suites de leurs blessures. Sur place, notre envoyé spécial Luis Carballo dresse un tableau sombre de la situation.

“Nous avons passé une bonne partie de la journée dans le quartier de Canapé vert, une zone ravagée. Nous avons vu des milliers de maisons détruites et des corps le long des rues quatre jours après le terrible séisme. Aucune aide n‘était arrivée. Les équipes de sauveteurs sont venues de manière sporadique. Même si les voisins savent où se trouvent les corps sous les décombres, ils n’ont aucun moyen de les retirer. C’est un grand drame. La plupart des Haïtiens creusent à la main ou avec les quelques outils qu’ils ont pu récupérer. (…)
Nous avons noté aussi une rare présence de l’armée américaine. Ce n’est pas le cas ici à l’aéroport, où les soldats envoyés par le Pentagone ne cessent d’arriver. Dans les rues, nous avons vu aussi peu de casques bleus, du moins dans les zones que nous avons pu visiter.

Se déplacer dans la capitale haïtienne est aussi très difficile. Les routes sont encore pleines de corps et de voitures écrasées. Plusieurs ONG avec lesquelles nous avons été en contact estiment que jusqu‘à 50% des bâtiments de Port-au-Prince ont été endommagés ou détruits. Il n’y a pas d‘électricité. Même dans cet aéroport, nous travaillons avec des générateurs. L’eau et la nourriture deviennent rares, coûtent cher et sont difficiles à trouver.

L’Etat n’existe simplement plus en Haïti. Quelques diplomates nous ont dit qu’ils se demandaient s’il avait existé avant”.

Luis Carballo, de Port-au-Prince pour Euronews